But de l’association

Les membres du bureau sont heureux de vous accueillir et espèrent vous compter prochainement parmi les nouveaux adhérents. Nous espérons que vous trouverez sur ce site, toutes les informations nécessaires pour mieux nous connaître et participer à nos activités.

A la veille de la signature du traité scellé le 22 janvier 1963 entre le Chancelier Adenauer et le Général de Gaulle, on dénombrait plus de 120 jumelages franco-allemands. Au fil des ans, le jumelage a évolué pour représenter aujourd’hui le cadre d’une véritable politique européenne des collectivités locales, axée sur la connaissance mutuelle, le renforcement des liens, le développement et le dialogue interculturel et, au-delà, le maintien de la paix.

L’Association, en partenariat avec la Municipalité, gère les différents contacts et les mises en relation entre associations et reçoit une subvention municipale pour soutenir les dépenses inhérentes.

Pourquoi un jumelage ?

Pour établir des liens concrets entre les communes et les municipalités ayant signé une charte. Bien plus qu’un ensemble de personnes partageant la même passion pour l’Allemagne et regroupé au sein d’une association à but non lucratif loi 1901, l’Association est avant tout une grande famille, qui depuis plus de 30 années déjà, entretient avec ferveur et enthousiasme des relations amicales et chaleureuses avec ses amis d’outre-rhin.

C’est également une source d’enrichissement mutuel, un échange de cultures, d’expériences dans tous les domaines de la vie locale, de traditions, de projets et d’amitiés entre gens de pays différents grâce à des rencontres collectives ou individuelles, pour aboutir à une connaissance d’autres cultures et de modes de vie, dans la simplicité et la convivialité, avec notamment l’hébergement en famille.

Alors peut naître l’Amitié, base indispensable pour la construction de l’Europe.

A qui s’adresse-t-il ?

Au plus grand nombre d’habitants intéressés par ce type de rencontre : Aînés, familles, jeunes, paroisses, scolaires, associations culturelles et sportives…

A toutes les personnes qui souhaitent proposer des échanges et des idées dans la convivialité et l’amitié. Cette Association est ouverte à tous, y compris aux personnes extérieures à la commune de Mainvilliers. Chacun devra pouvoir y trouver sa place : du simple « adhérent » à l’esprit de jumelage jusqu’au « militant » prêt à consacrer du temps.

Pourquoi pas vous ?

N’oubliez pas de consulter notre calendrier pour vous tenir informé de l’ensemble des activités proposées par l’Association.

Comme toute association elle rassemble ses membres lors d’une assemblée générale annuelle qui a lieu courant janvier.


Mainvilliers

10.268 habitants, est une commune située en Eure-et-Loir (28) dont le Maire est Jean-Jacques CHATEL. Elle fait partie de la communauté d’agglomération de CHARTRES appelée CHARTRES-METROPOLE.

Avec son hameau « Seresville », MAINVILLIERS se situe « entre ville et campagne », près de la Beauce, dans « un océan de blé » disait Charles PEGUY (écrivain 1873-1914).

Des réseaux routiers et ferroviaires permettent de gagner la capitale assez rapidement, en 1 h – 1 h 30 environ.

La ville compte 50 associations. Elle offre de nombreux services pour les enfants, les jeunes et les personnes âgées.

La commune dispose de quatre écoles maternelles, trois écoles élémentaires et d’un collège.

Il y a aussi un groupe de citoyens associés, un conseil municipal des jeunes et une année sur deux, en alternance ont lieu les visites ou réunions de quartier.


Römerberg

9.725 habitants, à 5 km au sud de Spire (Speyer), 657 kms de Mainvilliers.

LAND : Rhénanie Palatinat – Rheinland-Pfalz, l’un des 16 états fédérés composant l’Allemagne, dont la capitale est Mayence. Arrondissement : Ludwigshafen

Site de la commune : www.roemerberg.de

Pour arriver directement sur le site du jumelage : www.jumelage-roemerberg.de

Découvrez l’Allemagne sur le site de l’ambassade d’Allemagne à Paris : www.paris.diplo.de

HISTOIRE

La commune de Römerberg est née dans le cadre de la mise en œuvre de la Réforme administrative des communes devenue obligatoire en 1969. Cette Réforme organisa la fusion des trois communes : Berghausen, Heiligenstein, et Mechtersheim, qui étaient indépendantes jusqu’à cette date.
Le nom de Römerberg a été choisi avec l’accord des trois anciennes communes compte tenu de sa neutralité et de son aspect historique en lien avec l’ancienne voie romaine qui la traverse. On retrouve des preuves de l’existence des trois ex-communes dès le 12 e siècle.
Römerberg est aujourd’hui une commune résidentielle disposant d’équipements de terrains de loisirs importants. Grâce à des moyens de communication faciles par la route et par la voie ferrée, beaucoup d’habitants rejoignent chaque jour un lieu de travail extérieur : à Spire, Ludwigshafen, Mannheim etc…
Cependant, à côté de moyennes et petites entreprises artisanales, l’agriculture et la viticulture conservent une importance remarquable soit à titre principal soit à titre secondaire.
Depuis 30 ans, les réaménagements et créations de nombreuses zones d’habitat et de loisirs de qualité témoignent d’une amélioration permanente des conditions de vie et d’une communauté vivante et active. On peut souligner une bonne répartition des zones de loisirs dans les 3 ex-communes et notamment le Grill-Hütte de Heiligenstein.
Au centre de Berghausen a été édifiée une maison pour personnes âgées gérée aujourd’hui par la paroisse protestante avec l’aide de personnel compétent pour apporter en permanence aide et soins aux résidents. Ceux-ci peuvent ainsi continuer à vivre au sein de leur commune et s’y sentir bien.
Avec la construction d’une nouvelle salle de sports, nommée « Rhein Pfalz (Palatinat) Halle », à côté de la piscine cantonale d’Heiligenstein qui a été inaugurée le 9 mars 2001, était enfin satisfait un souhait ancien de diversification des possibilités d’activités sportives à Römerberg. Ainsi les associations, notamment sportives, disposeront de grandes surfaces aménagées.

Im Rahmen der Durchführung der Verwaltungsreform entstand im Jahre 1969 aus den ehemalig selbständigen Gemeinden Berghausen, Heiligenstein und Mechtersheim ein neues Gemeinwesen, das den Namen Römerberg führt. Da sich die heutige Gemeinde Römerberg an der Römerstraße entlang zieht, ist der Name geschichtsbezogen und fand als Neutrum die Zustimmung aller drei Ortsteile.
Die historischen Anfänge der ehemaligen Gemeinden, die bis ins 12. Jahrhundert zurückreichen, sollen hier nachstehend kurz aufgezeichnet werden.

Römerberg ist heute eine typische Wohngemeinde mit hohem Freizeitwert. Aufgrund der günstigen Verkehrsverhältnisse durch Straße und Schiene fahren täglich viele Pendler zu ihren Arbeitsplätzen in Speyer , Ludwigshafen , Mannheim etc. Neben den mittleren und kleinen Gewerbebetrieben haben auch die Landwirtschaft und der Weinbau an den Hängen des Rheinhochgestades, im Haupt- und Nebenerwerbsbetrieb, noch eine beachtliche Bedeutung in der Gemeinde.
Die in den über 30 Jahren geschaffenen Einrichtungen haben den Wohn- und Freizeitwert erheblich verbessert und legen gleichzeitig Zeugnis für ein lebendiges und aktives Gemeinwesen ab. Besonders erwähnenswert an dieser Stelle sind die Freizeitanlagen in allen drei Ortsteilen und die Grillhütte im OT. Heiligenstein.
In der Ortsmitte des Ortsteils Berghausen wurde ein Evangelisches Seniorenzentrum (betreutes Wohnen, Pflegeheim) errichtet und in Betrieb genommen, in dem sich hilfe- und pflegebedürftige Personen unserer Gemeinde in Ihrer Heimatgemeinde wohl fühlen und liebevoll versorgt werden.
Mit der neu errichteten Sporthalle mit Mehrzwecknutzung, genannt « Rhein-Pfalz-Halle », neben dem Kreishallenbad OT. Heiligenstein die am 09.März 2001 eingeweiht wurde, konnte ein lang gehegter Wunsch nach ausreichendem Sportstättenangebot in Römerberg erfüllt werden. Damit stehen den Römerberger Vereinen, insbesondere den Sportvereinen, ausreichend große Spielflächen zur Verfügung.

BERGHAUSEN

Selon transmission orale, Berghausen aurait été à l’origine une grande ferme d’élevage. Puis peu à peu, quelques familles du pays voisin de « Bade » (Baden Würtemberg) s’y installaient en participant exclusivement aux travaux de l’activité agricole.
En 1192 apparaît le nom de « Berchusen ». Selon un document faisant foi, le nom de Berghausen est rapporté pour la 1 ère fois en l’an 1249.
Des documents concernant des fondations et des testaments surtout relatifs aux fortunes transmises, on peut conclure que les gens fortunés possédaient les propriétés rurales tandis que les habitants occupaient les fonctions de domesticité.

Mündlichen Überlieferungen zufolge soll Berghausen ursprünglich ein großer Viehhof gewesen sein, um den sich nach und nach einige Familien aus dem benachbarten Baden ansiedelten und sich ausschließlich landwirtschaftlich betätigten. Im Jahre 1192 erscheint der Name « Berchusen ». Urkundlich bezeugt wird der Name Berghausen erstmals im Jahre 1249. Aus den Urkunden über Stiftungen und Vermächtnisse, vor allem hinsichtlich der Güter und Liegenschaften, dürfte zu schließen sein, daß der « gehobene » und « höchste Stand » über die Ländereien verfügte, während die Einwohner Gesindedienste leisteten.

HEILIGENSTEIN

Ce lieu est mentionné en 1190 pour la 1 ère fois dans le livre des actes de Worms sous la dénomination de Heiligstein (les plus saints). En 1225, un autre document précise le nom de Heilenstein (pierre sainte). La Cour (service) de la Dîme du chapitre de la cathédrale de Spire présente la signification particulière de Heiligenstein qui avait la fonction d’accueillir, de mettre à l’abri ainsi que de gérer les biens et récoltes livrés là au titre de cette dîme.
Ainsi la Cour fit du village un centre régional de livraison, de recouvrement de la dîme apportant aussi la prospérité pour les habitants. L’église d’Heiligenstein est qualifiée dans un acte de Eusserthal de 1235 de bienveillante, de favorable. Car l’église mère de Heiligenstein accueille non seulement la population croyante du village mais aussi celle des alentours. Ainsi à l’époque du Haut Moyen Age, Heiligenstein était un centre important grâce au rôle de son église mais aussi à l’existence du service de la dîme.

Der Ort wird im Jahre 1190 im Wormser Urkundenbuch unter der Bezeichnung « Heiligsten » erstmals erwähnt. Im Jahre 1225 wird der Name Heiligenstein urkundlich erwähnt. Der Zehnthof des Domkapitels Speyer zu Heiligenstein dokumentierte die besondere Bedeutung des Dorfes, denn er hatte die Funktion der Aufnahme und Unterbringung sowie die Verwaltung der angelieferten Güter und Produkte. So machte der Hof das Dorf zum Mittelpunkt eines Einzugsgebietes und brachte Wohlstand auch für die Einwohner. Die « Kirche zu Heiligenstein » wurde in einer Eußerthaler Urkunde 1235 als « wohlwollend » bezeichnet, denn die Heiligensteiner Mutterkirche betreute nicht nur das gläubige Volk im Dorf, sondern auch ringsum.
Heiligenstein war somit in der Zeit des Hochmittelalters durch die Funktion als Mutterkirche und das Vorhandensein des Zehnthofes des Domkapitels ein bedeutender Mittelpunkt.

MECHTERSHEIM

Mechtersheim est mentionné pour la 1 ère fois par document en 1035. L’archevêque de Mayence offrait alors aux frères de l’église de H.L. Maria de Eussertal qui était autrefois un couvent de bénédictins une propriété à Mechtersheim. L’héritage des bénédictins a été pris en charge en 1148 par la fondation du cloître de Eusserthal qui avait fondé l’ordre des cisterciens 50 ans avant. A partir de cette époque, la propriété foncière et les droits du cloître des cisterciens ont continuellement augmentés.

Erstmals urkundlich erwähnt wurde Mechtersheim im Jahre 1035. Der Erzbischof von Mainz schenkte « den Brüdern der Kirche der hl. Maria zu Eußerthal », damals ein Benediktinerkonvent, ein Gut zu Mechtersheim. Das Erbe der Benediktiner übernahmen im Jahre 1148 bei der Stiftung des Klosters Eußerthal Mönche aus dem 50 Jahre zuvor gegründeten Orden der Zisterzienser. Von dieser Zeit an mehrten sich der Grundbesitz und die Rechte des Klosters Eußerthal in Mechtersheim stetig. An die Errichtung einer Mühle erinnert heute nur noch der Name der Gewanne Mühläcker. Abt und Konvent von Eußerthal müssen sie schon recht früh erbaut haben.